Overview on a grounded précarité

Interview with Angela McRobbie

  • Angela McRobbie Goldsmiths University of London
  • Adrien Mazières-Vaysse Cresppa-LabToP, Université Paris 8
  • Giulia Mensitieri IDHES, Université Paris-Nanterre
  • Cyprien Tasset LCSP, Université Paris Diderot
##plugins.pubIds.doi.readerDisplayName##: https://doi.org/10.14428/emulations.028.10
Mots-clés: précarité, travail créatif, cultural studies, féminisme, postcolonial studies

Résumé

Dans cet entretien avec Angela McRobbie, l’auteure, spécialiste du creative labour, retrace le parcours qui l’a amenée à nourrir les cultural studies des élaborations – françaises et italiennes notamment – de la notion de précarité. Cette trajectoire scientifique et épistémologique montre l’importance de la circulation internationale de la notion de précarité mais aussi les limites de notions qui se prétendent inclusives et peuvent se révéler en réalité situées. L’auteure pointe ainsi la tendance, notamment dans les approches opéraïstes, à minorer l’importance et l’ancienneté de la précarité dans les secteurs marginalisés du marché du travail qu’occupent de longue date, dans de nombreux pays, les femmes et les personnes migrantes. Elle pointe l’importance de la tradition féministe et des postcolonial studies pour interroger l’étendue multiforme de la précarité au-delà de la représentation par défaut du travailleur blanc et masculin.

Bibliographies de l'auteur

Angela McRobbie, Goldsmiths University of London

Professor of Communications at Goldsmiths University of London and a Fellow of the British Academy. Her most recent books are The Aftermath of Feminism (Sage, 2008) and Be Creative (Polity, 2015). She is currently completing two short books, The Pathologies of the Perfect: femininity in neo-liberal times (Polity, 2019) and Towards a New Political Economy of Fashion: Creative Labour in London, Berlin and Milan (Goldsmiths Press).

Adrien Mazières-Vaysse, Cresppa-LabToP, Université Paris 8

Affilié au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa, UMR CNRS 7217) de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, équipe LabToP (Laboratoire théories du politique). Il poursuit des recherches sur les conflits du travail et les mouvements sociaux de précaires. Sa thèse porte sur la construction des identités politiques chez les travailleurs précaires en France et en Allemagne. Outre cette thématique sur laquelle il a publié, notamment dans Participations (2013), il s’intéresse également aux intersections entre rapports sociaux de classe, de genre et de sexualité. Professeur de sciences économiques et sociales, il enseigne dans l’académie de Paris.

Giulia Mensitieri, IDHES, Université Paris-Nanterre

Docteure en anthropologie sociale et ethnologie (EHESS Paris) et affiliée à l’IDHES (Université Paris-Nanterre). Son travail explore la construction des imaginaires désirables et les transformations du travail dans le capitalisme contemporain à travers l’analyse du monde de la mode. Par une étude ethnographique des travailleurs « immatériels » (stylistes, mannequins, photographes, designers, journalistes, maquilleurs), elle explore le système de la mode en analysant les circulations mondiales d’imaginaires, des produits et des travailleurs, ainsi que les productions de subjectivités et les modes d’assujettissement qui sont typiques de cette industrie. Elle a mené des recherches ethnographiques à Mexico, Naples, Paris, Bruxelles, Bordeaux et Genève. Giulia Mensitieri est l’auteure du livre « Le plus beau métier du monde » Dans les coulisses de l’industrie de la mode, paru aux éditions La Découverte en 2018.

Cyprien Tasset, LCSP, Université Paris Diderot

Docteur en sociologie, affilié au LCSP (Université Paris Diderot). Sa thèse, menée sous la direction de Luc Boltanski, s’intitule « Les intellectuels précaires, genèses et réalités d’une figure critique » (2015). Ses principaux articles sur le sujet sont publiés dans Sociologie & Sociétés (2017) ainsi que dans Politiques de Communication (2018). Il a contribué au Dictionnaire sociologique des zones grises de l’emploi (2018) dirigé par M.-C. Bureau, A. Corsani, O. Giraud et F. Rey. Il s’intéresse aussi à la diffusion du catastrophisme écologique sous sa forme « collapsologique » (voir « Les “effondrés anonymes” ? Une expérience de socialisation catastrophiste » préparé pour La Pensée écologique), et participe sur ce thème au collectif origensmedialab.org.

Publiée
2019-02-20
Comment citer
McRobbie, A., Mazières-Vaysse, A., Mensitieri, G. et Tasset, C. (2019) « Overview on a grounded précarité », Emulations - Revue de sciences sociales, 0(28), p. 139-146. doi: 10.14428/emulations.028.10.