https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/issue/feed Emulations - Revue de sciences sociales 2020-06-24T17:33:03+00:00 Olivia Legrip-Randriambelo et Kevin Toffel redac@revue-emulations.net Open Journal Systems <p><em>Émulations</em> est une revue de sciences sociales internationale à comité de lecture. Elle publie quatre numéros par an aux Presses universitaires de Louvain, ainsi que des articles varia, des entretiens et des comptes rendus en ligne, le tout en libre accès. Les versions papier des derniers numéros peuvent être commandés via la librairie en ligne <strong><a href="http://www.i6doc.com/fr/revues/?collection_id=276">i6doc.com</a></strong>. <em>Émulations</em> est publiée avec l'aide financière du Fonds de la recherche scientifique-FNRS (Belgique).</p> https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/jeanmougin La nuit urbaine, un espace-temps complexe entre opportunités et inégalités 2020-06-24T11:46:12+00:00 Hélène Jeanmougin diabsgreg@yahoo.fr Emanuele Giordano diabsgreg@yahoo.fr <p>L’appropriation de la nuit urbaine par des activités économiques, sociales et culturelles a connu au XXe siècle une accélération sans précédent. L’intérêt croissant des sciences sociales pour cet objet de recherche a permis de mieux connaître les dyna- miques caractérisant l’évolution de l’espace-temps nocturne dans les différentes parties du globe. Cette introduction souligne la nécessité de poursuivre l’exploration de cet espace-temps complexe. Ce numéro, en réunissant des contributions de différentes disciplines et sur des régions géographiques variées, propose de lier tendances globales et spécificités locales qui (re)configurent la nuit urbaine dans la ville contemporaine. Les apports de ces contributions sont présentés et articulés autour de quatre axes : lieux et usages différenciés des pratiques nocturnes, attractivité et conflits, inégalités nocturnes, méthodologies des enquêtes sur la nuit.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/fouquet Incertaine est la nuit dakaroise 2020-06-24T11:45:21+00:00 Thomas Fouquet diabsgreg@yahoo.fr <p>En prenant Dakar pour site ethnographique, cette étude envisage la nuit urbaine sous l’angle du régime de l’incertain et de l’indéterminé qu’elle emporte avec elle. Cette dimension d’incertitude est d’abord remise en perspective de dynamiques de « liquéfaction » qui caractérisent plus généralement nos temps présents. Les interprétations proposées démontrent que ce que l’on nomme génériquement l’incertain renvoie à des enjeux hétérogènes et appelle un examen plus fin, à la lumière de configurations sociohistoriques propres à chaque contexte urbain d’abord, en regard des durées ou des temporalités qui s’y rapportent ensuite, du point de vue des usages sociaux incidents enfin. Ces réflexions sont ensuite approfondies à travers l’articulation des notions de nocturnité et de mobilité pour ce qui touche en particulier à l’idée d’un changement en train de se faire, et dont l’issue est par définition incertaine et indéterminée.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/defrance Régulation et acceptabilité sociale du bruit nocturne 2020-06-03T19:30:25+00:00 Adrien Defrance diabsgreg@yahoo.fr <p>Cet article traite de la régulation de la vie nocturne, et plus particulièrement de la régulation du bruit récréatif nocturne dans une rue parisienne. Issu d’une longue expérience de terrain, ce texte s’intéresse aux conflits d’usage liés au bruit et à leurs modes de gestion à partir d’une analyse des jeux d’acteurs. L’enjeu est de montrer la co-fabrication d’une politique urbaine du tapage nocturne. Cette contribution tient compte à la fois des mobilisations des « acteurs sociaux dits ordinaires » (habitants, sortants nocturnes, gérants de bar) et des formes d’aménagement de l’espace public par des acteurs institutionnels (responsables d’associations, élus, médiateurs). En toile de fond, elle interroge les relations des habitants à l’environnement sonore.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/giordano_gomes Le rôle de l’espace public dans le développement de la vie nocturne (Montpellier-Lisbonne) 2020-06-03T14:51:42+00:00 Emanuele Giordano diabsgreg@yahoo.fr Pedro Gomes diabsgreg@yahoo.fr <p>L’évolution des loisirs nocturnes a été explorée dans sa relation avec les processus de déréglementation des activités commerciales et avec des évolutions des modes de vie. Cependant, le rôle joué par les transformations dans la production de la matérialité de la ville, et en particulier de l’espace public, reste relativement peu interrogé. À partir des cas de Montpellier et de Lisbonne, cet article montre que les conflictualités associées au développement des loisirs nocturnes relèvent de plusieurs impensés et ambiguïtés dans la prise en compte des usages et de leurs temporalités dans la production urbaine, notamment des espaces publics. Ce faisant, l’article montre comment la nuit peut être un espace-temps privilégié pour analyser certaines des ambi- guïtés et contradictions qui caractérisent les politiques de revitalisation des centres historiques des villes européennes.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/grondeau_dourthe Approches géographiques de la nuit urbaine libre et festive 2020-06-03T19:33:14+00:00 Alexandre Grondeau diabsgreg@yahoo.fr Gwenaëlle Dourthe diabsgreg@yahoo.fr <p>Notre article étudie le mouvement <em>free party </em>et ses usagers comme des porteurs de réponses à la standardisation, à la marchandisation et à l’uniformisation du monde de la nuit, mais également comme producteurs d’un nouveau type de droit à la ville et de zones autonomes temporaires (<em>temporary autonomous zones</em>, TAZ). La <em>free </em><em>party</em>, ses usagers et les territoires qu’ils génèrent seront ainsi appréhendés comme un moyen de lutter contre les discriminations socioéconomiques, culturelles ou vestimentaires inhérentes à la mercantilisation des lieux nocturnes festifs. Pour ce faire, nous analyserons les pratiques et les mécanismes d’appropriation de l’espace des participants aux <em>free parties </em>afin de poser les bases d’une approche géographique de la nuit urbaine, libre et festive.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/cecconi « Avec les soucis que j’ai, c’est la nuit que ma tête travaille » 2020-06-24T17:33:03+00:00 Arianna Cecconi diabsgreg@yahoo.fr <p>Cet article propose d’explorer le sommeil urbain en tant que sujet social, influencé par des représentations, des variations matérielles et environnementales, ainsi que par les inégalités sociales et de genre. Dormir se construit et se transmet à partir de « techniques de sommeil » (Mauss, 1936) et de conceptions liées au monde de la nuit, qui varient selon les contextes et les époques. Les interlocutrices principales de cette recherche sont des mères d’enfants en bas âge vivant dans le 15e arrondissement de Marseille. Leurs parcours croisent expériences migratoires et expériences de la maternité dans un contexte urbain précaire, souvent propice à l’isolement. Elles doivent apprendre à dormir à leurs enfants et peuvent se retrouver prises entre différentes représentations et savoirs, sources de malentendus et d’incertitudes. La nuit, pour elles, n’est ni l’espace-temps du travail, ni celui du loisir, ni celui du sommeil.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/bonte Faire du terrain dans l’univers noctambule de Beyrouth 2020-06-22T18:56:28+00:00 Marie Bonte diabsgreg@yahoo.fr <p>À partir d’un retour sur mes recherches doctorales menées à Beyrouth (Liban), j’interroge les spécificités et les difficultés du terrain nocturne, qui s’articulent aux biais qu’engendrent le genre, la race, la classe, l’âge et la nationalité. Via la notion de distance, j’analyse la mise en place simultanée des méthodes d’observation du monde de la nuit et de la délimitation du terrain : ces deux processus nécessitent de composer avec la place que les acteurs nous assignent. Dans cet article, la distance est entendue d’abord comme un curseur que l’on ajuste en fonction des situations d’enquête. De ces ajustements découlent divers dispositifs d’observation. La distance est ensuite une nécessité épistémologique – celle de la prise de distance – permettant d’identifier les biais que le contexte nocturne tend à renforcer ou atténuer. Enfin, la notion renvoie à un processus, celui de la mise à distance, opéré par les acteurs et influencé par les perceptions du chercheur.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c) https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/article/view/nofre Because the Night Belongs to Us 2020-06-22T19:45:03+00:00 Jordi Nofre diabsgreg@yahoo.fr <p>Ce texte est un épilogue à ce numéro spécial, où les sujets abordés par les différents contributeurs sont d’un grand intérêt scientifique pour une compréhension plus approfondie de la nuit urbaine dans le Nord et le Sud globaux. Comme nous le verrons plus loin, ce numéro spécial nous permet de confirmer deux questions fondamentales pour le développement des « études nocturnes » durant les prochaines années. Premièrement, la nuit exacerbe souvent les inégalités, non seulement dans le monde occidental, mais aussi dans les villes non occidentales. Deuxièmement, la nuit reste un <em>terrain sous-exploré</em>. Par conséquent, le chemin reste encore long à parcourir.</p> 2020-06-15T00:00:00+00:00 Copyright (c)