La fabrique de l’association scientifique

Pratiques bureaucratiques et processus subjectifs en milieu universitaire

  • Georges Macaire Eyenga Université de Dschang, URPOSSOC, Cameroun.
Mots-clés: association, bureaucratisation, subjectivation, université, Cameroun

Résumé

Dès 1990 au Cameroun, la consécration de la liberté d’association permet l’émergence d’associations protéiformes traduisant l’existence de volontés individuelles à agir collectivement à côté d’un État préoccupé par son maintien. Si l’association, dans ce pays, a largement été appréhendée dans sa dimension politico-identitaire, il reste que sa bureaucratisation et les processus de subjectivation qu’elle autorise sont peu étudiés. À partir d’une ethnographie de l’Association des majors de science politique de l’université de Yaoundé II, cet article analyse, d’une part, l’appropriation par les étudiants des arts de faire bureaucratiques pour faire fonctionner leur projet associatif, et, d’autre part, la manière dont le fait associatif bureaucratique permet à ceux-ci d’opérer des ruptures biographiques pour devenir acteurs de leur propre vie au sein du monde universitaire. Il se dégage de cet article que l’association bureaucratique est un lieu où se construisent des utopies émancipatrices.

Biographie de l'auteur

Georges Macaire Eyenga, Université de Dschang, URPOSSOC, Cameroun.

Boursier Erasmus Mundus du programme Dream EU- ACP de la Commission européenne. Sa thèse de doctorat en sociologie obtenue en 2019 à l’Université Paris Nanterre (France) porte sur les politiques pénales et l’enfermement carcéral au Cameroun. Ses travaux se penchent sur les mobilisations sociales et le développement de l’État pénal Afrique. Ses dernières publications scientifiques portent sur l’« ethnicité et les nouveaux mouvements sociaux au Cameroun » (Émulations, n° 19, 2016) et sur les « Politiques de réforme de la prison au Cameroun » (Politique africaine, n° 150, 2018). Il est actuellement enseignant-chercheur en science politique au département de science politique de l’Université de Dschang (Cameroun) et chercheur associé à la fondation Paul Ango-Ela (FPAE) à Yaoundé.

Publiée
2021-03-19
Comment citer
Eyenga, G. M. (2021) « La fabrique de l’association scientifique », Emulations - Revue de sciences sociales, (37), p. 119-135. doi: 10.14428/emulations.037.07.