• Professionnalisation et éthique de la communication (2) : approches sectorielles
    No 6 (2018)

    L’éthique de la communication en pratique dans les différents secteurs de la communication 

    Ce numéro vient compléter le numéro 5 en approfondissant l'analyse des relations entre la professionnalisation et l'éthique de la communication. Il se concentre cette fois-ci sur la confrontation entre des logiques professionnelles sectorielles et les questions éthiques. Sont ainsi analysées les relations entre les communicateurs et l'éthique dans les domaines de la communication interne, du coaching, de la communication concernant la responsabilité (RSE), de la gestion des données (data), du marketing et de la communication produit (packaging). Est notamment questionné le rôle de l'éthique comme facteur de professionnalisation et de reconnaissance. En effet, l'éthique apparaît comme une composante essentielle du processus en cours de construction d'une identité professionnelle pour les communicateurs. De même, les nouvelles formes de régulation et la constitution de nouveaux référentiels – il suffit de penser au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), entré en application en mai 2018 – conduisent les professionnels de la communication à opérer dans un contexte qui évolue aussi du point de vue des normes. Les articles de ce numéro présentent des réflexions approfondies sur ces thèmes, et offrent un éventail large de références théoriques et méthodologiques. 

     

    Les éditeurs : 

    Andréa Catellani est professeur à l’Université catholique de Louvain (Belgique) et membre du laboratoire LASCO. 

    Jean-Claude Domenget est maître de conférences HDR à l’Université de Bourgogne Franche-Comté (France) et membre du laboratoire ELLIADD. 

    Élise Le Moing-Maas est enseignante et chercheur à l’Université Libre de Bruxelles, laboratoire ReSIC, et à l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS, Belgique). 

  • Professionnalisation et éthique de la communication (1) : des principes à la formation
    No 5 (2017)

    Gourous, spin doctors, conseillers occultes... les professionnels de la communication font de plus en plus parler d'eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l'opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. Face à cette situation, les communicateurs s'insurgent contre le discrédit de leur profession. Comment un communicateur peut-il être éthique dans son métier ? Quelle est la différence entre éthique, déontologie, morale, valeurs, etc. ? Quel rôle les associations professionnelles peuvent-elles avoir ? S'agit-il d'un vrai enjeu de régulation et de reconnaissance ou simplement d'une question d'image ? Comment créer un code éthique qui soit utile à la professionnalisation des communicateurs ? Comment réussir à sensibiliser les étudiants, futurs communicateurs, à la notion d'éthique ? Ce questionnement portant sur la professionnalisation et l'éthique de la communication sera traité dans deux numéros de la revue. Ce premier numéro aborde les principes, la question de la régulation et la formation à l'éthique.

    Édité par Andréa Catellani, Jean-Claude Domenget et Elise Le Moing - Maas

  • Dynamiques de professionnalisation en communication : entre ruptures et continuités, prescription et émancipation
    No 4 (2016)

    L’expansion et la segmentation des métiers de l’information et de la communication au sein des milieux professionnels, ces dernières années, ainsi que la multiplication de formations liées à la communication, sous toutes ses formes, rendent compte d’une dynamique de professionnalisation du secteur. Si cette dynamique est reconnue par les praticiens eux-mêmes, la difficulté à délimiter une expertise propre et des pratiques reconnues et légitimes persiste. Comment, en effet, départager le professionnel du praticien amateur ? Comment les communicateurs peuvent-ils faire valoir leur professionnalisme ? Comment peuvent-ils développer une identité de métier spécifique et comment définir celle-ci ? Dans quelle mesure le praticien peut-il exister professionnellement dans un monde de plus en plus communicant si son identité apparaît floue ou fragile ? Ce nouveau numéro vise à identifier les évolutions en cours dans le champ de la communication en entreprise et à analyser la posture des praticiens face à elles.

     

    Direction de numéro : Vincent Brulois, Marie-Ève Carignan, Marc D. David, Amaia Errecart

  • Le communicateur bousculé par le numérique. Quelles compétences à transmettre ?
    No 3 (2015)

    Cette troisième livraison des Cahiers du RESIPROC invite à renouveler l’approche des métiers du communicateur face à l’essor conjoint du numérique et d’Internet. Elle vise à répondre à un ensemble de questions en apparence simples : un communicateur numérique est-il différent d’un communicateur classique ? Les formations en communication doivent-elles être repensées ? De nouvelles compétences viennent-elles s’ajouter ou se substituer à celles traditionnellement attendues d’un communicateur ? Est-il plus pertinent de qualifier ces métiers par le support qu’ils emploient ou la finalité de communication demeure-t-elle primordiale ? Dans un premier temps, les textes rassemblés analysent comment le communicateur se trouve bousculé par le numérique et dans un second soulèvent la question des compétences à transmettre.

     

    Direction de numéro : Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget

  • La professionnalisation des communicateurs. Dynamiques, tensions et vecteurs
    No 1 (2013)

    Ce premier cahier du RESIPROC sonde les dynamiques de légitimation impulsées par les associations professionnelles, les impacts de la reddition de compte et de l’efficacité de la communication sur l’éthique du professionnel. Des positions inspirantes, appuyées sur les réalités des professionnels de la communication. Des analyses critiques, scrutant les forces et les mouvements qui participent à construire le professionnel de la communication. Ce premier cahier du RESIPROC sonde ce qui semble « faire professionnel » : dynamiques de légitimation impulsées par les associations professionnelles, impacts de la reddition de compte et de l’efficacité de la communication sur l’éthique du professionnel, tensions entre l’individu communicant et le communicateur technicisé. Par la même occasion, des questions sont soulevées sur l’apport de la formation et les façons de transmettre savoir, savoir-faire et savoir-être professionnels.

     

    Direction de numéro : Dany Baillargeon, Marc. D. David

  • Pratiques et réflexions autour des dispositifs d’apprentissage et de formation des communicateurs
    No 2 (2014)

    Cette seconde édition des Cahiers du RESIPROC est consacrée aux enjeux, aux modalités d’apprentissage et aux conséquences de la formation des communicateurs. La dispersion en de nombreux domaines ou activités des métiers de la communication invite à réinterroger le socle des compétences communes et des compétences spécialisées nécessaires à l’exercice de ces métiers. Ce numéro invite à penser l’articulation, dans un domaine particulièrement exposé à des évolutions incessantes, entre pratiques professionnelles et formation en communication.

     

    Direction de numéro : Valérie Lépine, Marc D. David