Enquêter sur le terrain de la Shoah par balles : un dispositif d’appréhension de la fabrique des savoirs scientifiques

  • Thibault Courcelle Institut national universitaire Champollion, LISST-CIEU, France.
  • Ygal Fijalkow Institut national universitaire Champollion, CERTOP, France.
  • Sandrine Victor Institut national universitaire Champollion, FRAMESPA, France.
Mots-clés: étudiants, enquête Shoah par balles, observateur attentiste, réflexion épistémologique, fabrique des savoirs

Résumé

Cet article vise à analyser comment, au sein d’une unité d’enseignement sur l’Europe et la Shoah créée pour des étudiants de troisième année de licence d’histoire, de géographie et de sociologie, ceux-ci s’approprient l’enquête de terrain en Europe de l’Est (Ukraine et Biélorussie) qui occupe une place centrale dans le dispositif pédagogique. Même longuement préparés au cadre théorique et aux méthodes d’enquête en amont, les étudiants sortent difficilement d’une posture attentiste lors des observations de sites et des entretiens menés avec des témoins oculaires des tueries de Juifs et de Tsiganes perpétrées durant la Seconde Guerre mondiale. Le moment dédié à l’enquête de terrain est plutôt propice à stimuler une réflexion épistémologique interdisciplinaire sur le recueil des données, la production des savoirs, tandis que le moment dédié à la diffusion des résultats auprès du public encourage à l’appropriation effective de la démarche scientifique.

Biographie des auteurs

Thibault Courcelle, Institut national universitaire Champollion, LISST-CIEU, France.

Thibault Courcelle est maître de conférences en géographie à l’Institut national universitaire Jean-François Champollion et chercheur au Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST) au sein de l’équipe du Centre interdisciplinaire d’études urbaines (CIEU), (UMR 5193/CNRS). Ses travaux de recherches portent sur la géopolitique de l’Europe et des institutions européennes.

Ygal Fijalkow, Institut national universitaire Champollion, CERTOP, France.

Ygal Fijalkow est professeur de sociologie à l’Institut national universitaire Jean-François Champollion et chercheur au centre d’étude de recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP) (UMR 5044/CNRS). Ses recherches portent sur la réception des politiques mémorielles par les publics destinataires.

Sandrine Victor, Institut national universitaire Champollion, FRAMESPA, France.

Sandrine Victor est maîtresse de conférences HDR en histoire à l’Institut national universitaire Champollion d’Albi et chercheure au laboratoire Framespa (UMR 5136) de Toulouse. Ses travaux portent sur la société et l’économie des chantiers médiévaux, ainsi que sur l’esclavage. Elle est chargée de mission « Lutte contre les discriminations » pour son établissement.

Publiée
2022-05-11
Comment citer
Courcelle, T., Fijalkow, Y. et Victor, S. (2022) « Enquêter sur le terrain de la Shoah par balles : un dispositif d’appréhension de la fabrique des savoirs scientifiques », Emulations - Revue de sciences sociales, (39-40), p. 91-116. doi: 10.14428/emulations.039-40.05.