Communicative Citizenship and Human Rights from a Transnational Perspective

Social Movements of Victims of Eastern Antioquia, Colombia

  • Camilo Tamayo Gómez Centre for Research in the Social Sciences (CRISS), The University of Huddersfield
Mots-clés: citoyenneté communicative, action collective, émotions, symboles, droits humains, activisme transnational, conflit armé, Colombie

Résumé

Cet article examine l’expérience de deux mouvements sociaux de victimes de la région d’Antioquia orientale en Colombie. Ces mouvements ont développé une variété de symboles, adopté une perspective transnationale et mis en œuvre des actions de citoyenneté communicative afin de porter des revendications de droits humains au milieu du conflit armé. L’article se base en particulier sur l’étude de cas de deux associations : L’association des femmes organisées de l’Antioquia orientale (AMOR) et L’association provinciale des victimes vers les citoyens (APROVIACI). L’article explore la façon dont ces acteurs ont transféré, puis adopté différents symboles et mis en œuvre des actions de citoyenneté communicative. Les formes d’engagement politique déployées se réfèrent à d’autres groupes de victimes du Sud Global, tels que Les mères de Plaza de Mayo (Argentine) et Que nos filles puissent rentrer à la maison (Mexique). Nous démontrons que les deux associations colombiennes, AMOR et APROVIACI, sont des exemples réussis de transfert, d’adaptation et de mise en œuvre d’actions politiques et de symboles provenant d’autres parties du Sud Global, afin d’améliorer l’activisme social et politique dans leur contexte particulier. Nous introduisons à cet égard le concept de citoyenneté communicative, où les affects et les émotions agissent comme les catalyseurs des actions collectives menées par des groupes contre-publics dans des sociétés marquées par le conflit armé. Par ce biais, la citoyenneté communicative permet de transformer le statut de victime en une condition de citoyenneté active. Enfin, cet article soutient que la construction de symboles qui articulent les dimensions communicatives des droits politiques, sociaux et culturels, peuvent aider les groupes de la société civile et les mouvements sociaux à réparer le sens de la citoyenneté et de l’appartenance collective. Ils permettraient en outre de générer des processus de construction de mémoire sociale, de reconnaissance et de solidarité du point de vue des contre-publics.

Publiée
2017-03-30
Comment citer
Tamayo Gómez, C. (2017) « Communicative Citizenship and Human Rights from a Transnational Perspective », Emulations - Revue de sciences sociales, 0(19), p. 25-49. doi: 10.14428/emulations.019.005.