L’encadrement scientifique au Cameroun

entre défaillances institutionnelles et déclinaison du métier universitaire

  • José Donadoni Manga Kalniga
##plugins.pubIds.doi.readerDisplayName##: https://doi.org/10.14428/emulations.021.006
Mots-clés: encadrement, jeune chercheur, directeur de recherche, champ scientifique, domination, capital scientifique

Résumé

L’encadrement scientifique est un champ de lutte où, face aux défaillances institutionnelles, les agents se disputent sa conservation et son renversement. D’un côté, les encadreurs, produits d’une société fortement hiérarchisée, s’imposent dans cette logique et tendent à construire un monopole du champ ainsi que de ses ressources ; par conséquent, ce qui est scientifique est relégué au second plan de leurs préoccupations. De l’autre, les encadrés, face à la rigueur du champ, procèdent soit par la cooptation, soit par la captation des ressources extérieures à l’université pour se construire un capital scientifique.

 

Biographie de l'auteur

José Donadoni Manga Kalniga

Attaché de recherche au Centre national d’éducation (Institut de recherche sous tutelle du Ministère de la recherche scientifique et de l’innovation du Cameroun). Depuis 2015, il poursuit ses études dans le cadre d’un doctorat de sociologie à l’Université de Maroua (Unité de formation doctorale : Science de l’homme et de la société) portant sur les questions de la décentralisation orientées vers la gouvernance locale, le phénomène élitaire, les citoyennetés municipales et les identités socioculturelles au Nord du Cameroun.

 
Publiée
2017-12-07
Comment citer
Manga Kalniga, J. D. (2017) « L’encadrement scientifique au Cameroun », Emulations - Revue de sciences sociales, 0(21), p. 53-66. doi: 10.14428/emulations.021.006.