Conclusion

  • Caroline Rusterholz Faculté d’histoire, Université de Cambridge, Angleterre
Mots-clés: conclusion

Résumé

Le dossier dirigé par Samuel Dolbeau et Martin Dutron sur les liens entre le catholicisme et les pratiques médicales s’inscrit dans un renouveau de la recherche historique qui voit les relations entre catholicisme, médecine et sexualité faire l’objet d’études approfondies. En témoignent le récent numéro spécial de Medical History dirigé par Laura Kelly et Agata Ignaciuk (2020) qui éclaire les interactions entre catholicisme, pratiques contraceptives et médecine dans une perspective transnationale, ou encore l’ouvrage collectif dirigé par Alana Harris qui explore la réception de l’encyclique Humanae Vitae en Europe (2018).

Biographie de l'auteur

Caroline Rusterholz, Faculté d’histoire, Université de Cambridge, Angleterre

Elle est chercheuse Wellcome Trust en humanités médicales à la Faculté d’histoire de l’université de Cambridge et chercheuse associée à Saint-John’s College. Ses recherches portent sur l’histoire du contrôle des naissances en Suisse, France et Angleterre, l’histoire de la sexualité et l’histoire de la santé sexuelle. Son projet de recherche financé par le Wellcome Trust se concentre sur la sexualité adolescente dans l’Angleterre d’après-guerre au travers de l’étude de cas des premiers centres de santé sexuelle pour adolescent·e·s, les Brook Advisory Centres. Ses dernières publications incluent Women’s Medicine, Sex, Family Planning and British Female Doctors in Transnational Perspective (1920-70) (Manchester University Press, décembre 2020) et « Deux enfants, c’est déjà pas mal », Famille et fécondité en Suisse, 1955-1970 (éditions Antipodes, Lausanne, 2017).

Publiée
2021-07-06
Comment citer
Rusterholz, C. (2021) « Conclusion », Emulations - Revue de sciences sociales, (38), p. 87-93. doi: 10.14428/emulations.038.06.