Incertaine est la nuit dakaroise

Quand les possibles nocturnes défient le réel diurne

  • Thomas Fouquet Laboratoire IMAf/LMI MOVIDA CNRS, Aubervilliers, France.
Mots-clés: nuit, urbain, Dakar, incertitude, mobilités

Résumé

En prenant Dakar pour site ethnographique, cette étude envisage la nuit urbaine sous l’angle du régime de l’incertain et de l’indéterminé qu’elle emporte avec elle. Cette dimension d’incertitude est d’abord remise en perspective de dynamiques de « liquéfaction » qui caractérisent plus généralement nos temps présents. Les interprétations proposées démontrent que ce que l’on nomme génériquement l’incertain renvoie à des enjeux hétérogènes et appelle un examen plus fin, à la lumière de configurations sociohistoriques propres à chaque contexte urbain d’abord, en regard des durées ou des temporalités qui s’y rapportent ensuite, du point de vue des usages sociaux incidents enfin. Ces réflexions sont ensuite approfondies à travers l’articulation des notions de nocturnité et de mobilité pour ce qui touche en particulier à l’idée d’un changement en train de se faire, et dont l’issue est par définition incertaine et indéterminée.

Biographie de l'auteur

Thomas Fouquet, Laboratoire IMAf/LMI MOVIDA CNRS, Aubervilliers, France.

Chargé de recherche en anthropologie au CNRS, membre de l’Institut des mondes africains (IMAF, UMR 8171). Il est également membre du laboratoire mixte international MOVIDA (Mobilités, voyages, innovations et dynamiques dans les Afriques méditerranéenne et subsaharienne). Ses travaux portent sur les liens entre mobilités et urbanités en Afrique de l’Ouest et au Maroc, et se déploient prioritairement sur et depuis des terrains d’enquête nocturnes.

Publiée
2020-06-15
Comment citer
Fouquet, T. (2020) « Incertaine est la nuit dakaroise », Emulations - Revue de sciences sociales, (33), p. 19-36. doi: 10.14428/emulations.033.02.