À qui faire avaler la pilule ?

Pratiques de soin et inégalités en consultations de contraception

  • Leslie Fonquerne Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP, France.
Mots-clés: choix contraceptif, contraception, genre, normes prescriptives, professionnels de santé, violences médicales et gynécologiques

Résumé

En France, le taux de prévalence contraceptive reste élevé depuis la diffusion des différentes méthodes médicalisées dès les années 1970, dont la pilule représente l’essor. Mais fin 2012, les pilules de troisième et quatrième générations font l’objet d’un scandale médiatique, sanitaire et politique dû à un sur-risque sanitaire qui leur est associé, engendrant une désaffection de la contraception orale dans son ensemble. Malgré une baisse significative de son taux d’usage, la pilule reste cependant la méthode la plus utilisée. Pour autant, cela ne signifie pas que toutes les usagères bénéficient d’un choix contraceptif libre et éclairé. Centré sur les pratiques des professionnel·le·s de santé, cet article propose de rendre compte de l’impact de différentes approches de soin en matière d’inégalités d’accès à l’information et à la prescription de contraception et d’en saisir les spécificités selon les catégorisations de patientes qu’opèrent les praticien·ne·s.

Biographie de l'auteur

Leslie Fonquerne, Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP, France.

Doctorante en sociologie à l’Université Toulouse Jean Jaurès au sein du laboratoire CERTOP (équipes SANTAL et SAGESSE). Formée à la sociologie et l’anthropologie, elle réalise depuis 2015 une thèse portant sur les enjeux de prescrip- tions et d’utilisations de contraception orale, dans un contexte marqué par « une crise » de celle-ci. Elle est investie dans plusieurs réseaux de recherche, tels qu’Arpège EFiGiES Toulouse et le laboratoire junior Contraception&Genre, organisant divers évènements scientifiques. Au sein de l’Université Toulouse Jean Jaurès, elle enseigne la méthodologie de l’enquête sociologique et dispense des cours portant sur les inégalités de genre. Elle intervient ponctuellement auprès de sages-femmes et de médecins généralistes dans le cadre d’une formation de type diplôme universitaire à l’Université Paris Descartes.

Publiée
2020-12-30
Comment citer
Fonquerne, L. (2020) « À qui faire avaler la pilule ? », Emulations - Revue de sciences sociales, (35-36), p. 65-79. doi: 10.14428/emulations.03536.05.