Régulation et acceptabilité sociale du bruit nocturne

Immersion dans la rue Jean-Pierre Timbaud

  • Adrien Defrance Université de Nanterre, CRH-LAVUE, France.
Mots-clés: bruit, conflit, régulation, nuit, mobilisation

Résumé

Cet article traite de la régulation de la vie nocturne, et plus particulièrement de la régulation du bruit récréatif nocturne dans une rue parisienne. Issu d’une longue expérience de terrain, ce texte s’intéresse aux conflits d’usage liés au bruit et à leurs modes de gestion à partir d’une analyse des jeux d’acteurs. L’enjeu est de montrer la co-fabrication d’une politique urbaine du tapage nocturne. Cette contribution tient compte à la fois des mobilisations des « acteurs sociaux dits ordinaires » (habitants, sortants nocturnes, gérants de bar) et des formes d’aménagement de l’espace public par des acteurs institutionnels (responsables d’associations, élus, médiateurs). En toile de fond, elle interroge les relations des habitants à l’environnement sonore.

Biographie de l'auteur

Adrien Defrance, Université de Nanterre, CRH-LAVUE, France.

Stagiaire à l’Office de l’environnement et de l’énergie du canton de Bâle-Ville (Suisse) dans le service de protection contre le bruit. Il a réalisé une thèse d’aménagement de l’espace et urbanisme sur la gestion du tapage nocturne à Paris et un master d’anthropologie sur l’usage du silence dans un monastère catholique cistercien.

Publiée
2020-06-15
Comment citer
Defrance, A. (2020) « Régulation et acceptabilité sociale du bruit nocturne », Emulations - Revue de sciences sociales, (33), p. 37-52. doi: 10.14428/emulations.033.03.