Re-chercher l’amour transnational

le couple ensemble, le couple éloigné et le projet d’ immigration du conjoint

  • Karine Geoffrion Doctorante et chargée de cours, Université de Montréal, CEETUM.
Mots-clés: amour, couple mixte, Canada, immigration, autoethnographie

Résumé

Cet article explore l’expérience vécue de la relation amoureuse transnationale chez des femmes canadiennes en couple avec un homme non-occidental. Les périodes de co-présence physique et de séparation géographique avec l’amoureux ont été contrastées. Il en émerge une polarisation entre l’être-en-couple ensemble, temps associé aux émotions positives, euphoriques ; et l’être-en-couple séparé, temps associé aux émotions négatives. Ainsi, pour ces femmes, une vie commune avec leur partenaire, sous un même toit, dans un même pays, devient l’objectif ultime de leur relation amoureuse transnationale. Cependant, vu les contraintes à la mobilité de leur conjoint, cette vie commune ne peut se réaliser qu’à travers le processus laborieux de « parrainage » de l’immigration de leur conjoint au Canada.

Biographie de l'auteur

Karine Geoffrion, Doctorante et chargée de cours, Université de Montréal, CEETUM.

Doctorante au département d'anthropologie de l'Université de Montréal. Elle s’intéresse aux questions d’amour et de mobilité chez les couples mixtes, ainsi qu’aux questions de sexualité et de genre non-normatifs en Afrique sub-saharienne. Elle a publié entre autres dans les Cahiers d’études africaines.

Publiée
2017-03-28
Comment citer
Geoffrion, K. (2017) « Re-chercher l’amour transnational », Emulations - Revue de sciences sociales, 0(18), p. 63-76. doi: 10.14428/emulations.018.004.