Entre étudiants sur le tard et apprentis-professionnels

Figures de la professionnalisation des doctorants en sciences humaines et sociales

  • Clémentine Gozlan Centre de sociologie des organisations, CNRS, Sciences Po, Paris
##plugins.pubIds.doi.readerDisplayName##: https://doi.org/10.14428/emulations.021.004
Mots-clés: doctorants, professionnalisation, politiques scientifiques, sciences humaines et sociales, disciplines

Résumé

Cet article montre que le développement de nouveaux dispositifs pour favoriser l’intégration professionnelle des doctorants s’inscrit dans des conditions politiques, institutionnelles et scientifiques. Nous abordons l’évolution du rôle et de la place du doctorant « de biais », telle qu’elle se donne à lire dans les discours et les réformes menées par les acteurs qui orientent les politiques scientifiques depuis les années 1990 en France. La diversité des situations des doctorants en sciences humaines et sociales en France nous invite à appréhender leurs conditions de travail et leurs orientations professionnelles comme tributaires de facteurs sociaux – tels que l’ouverture de leur discipline au marché et à la société civile, le degré de division du travail et les modes de production du savoir dominant, dont la forme et l’importance varient selon les disciplines. Le sort hétérogène des doctorants peut alors être considéré comme un révélateur de l’organisation du travail scientifique en France.

 

Biographie de l'auteur

Clémentine Gozlan, Centre de sociologie des organisations, CNRS, Sciences Po, Paris

Postdoctorante au Centre de sociologie des organisations (CNRS/Sciences Po). Au croisement de la sociologie des groupes professionnels, de la sociologie des sciences et de la sociologie de l’action publique, ses travaux questionnent les transformations contemporaines de la profession scientifique. Ils s’intéressent aux arènes où sont produits, négociés et contestés les instruments contemporains d’évaluation et de financement de la recherche, et questionnent dans quelle mesure les évolutions des politiques scientifiques redéfinissent les pratiques professionnelles légitimes. Elle est l’auteure notamment d’articles publiés dans les revues Sociologie du travail et Sociologie.

 
Publiée
2017-12-07
Comment citer
Gozlan, C. (2017) « Entre étudiants sur le tard et apprentis-professionnels », Emulations - Revue de sciences sociales, 0(21), p. 83-100. doi: 10.14428/emulations.021.004.