No 1 (2010): Lectures du Marx de Michel Henry

Avec son étude quasi systématique de Marx, accompagnée par l'audace et le sens de la formule que l’on sait, Michel Henry déployait, pour la première fois, sa philosophie de l’immanence vers les champs du politique et de l’économique, tout en affinant sa définition de l’ipséité, sa réflexion sur la corporéité, et bien sûr sa vive critique de la représentation et de l’abstraction (nous dirions sans doute aujourd’hui la « spéculation »), surtout quand c’est l’effort insigne de l’homme et ses conditions de production qu’il faut décrire. M. Henry – lisant Marx – découvrait alors une intelligence puissante qui lui donnait sans doute à penser que sa phénoménologie de la vie trouvait déjà là une sorte de mouvement d’accomplissement, notamment par cette critique située des formes économiques et politiques de la philosophie de l’extériorité et cette recherche conséquente d’un enracinement ontologique.

Mettre en évidence, et même dans une perspective critique, ces travaux sur Marx et ce souci henryen de la vie tangible, notamment dans ses productions historiques, revient aussi à dire que M. Henry s’est plongé pleinement, en philosophe de l’incarnation et de l’action, dans la concrétude de la quotidienneté de la vie humaine, soucieux plus que tout de sa finitude, mais aussi de sa contingence et de sa facticité existentielle.

Commander la version imprimée de ce numéro

Publiée: 2010-09-10