Rendre visible le drame, faire penser le religieux autrement : du rôle de la communication digitale dans l'action de l'ONG Imam Ali en Iran

  • Modjtaba Najafi
Mots-clés: Reconnaissance des victimes, Visibilité et invisibilité, Tremblement de terre d'Azerbaïdjan, Organisation non gouvernementale d'Imam Ali, Société civile iranienne, Théologie, Théocratie

Résumé

Partant de l’événement du tremblement de terre en Azerbaïdjan de 2012, cet article examine la façon dont l’organisation non gouvernementale Imam Ali tente de rendre visibles les populations marginalisées rurales. En analysant son discours, on engage ici une discussion sur le rôle des témoignages et des images dans la constitution d'un monde commun au sein des activités collectives menées par cette organisation lors du tremblement de terre. Cet article affirme que cette organisation met à profit une lecture plurale de la religion pour faire reconnaître les victimes afin de les intégrer dans le cadre englobant d’une communauté éthique. L’article explique la stratégie de visibilité, adoptée par Imam Ali qui aboutit à une lutte pour la reconnaissance des victimes du tremblement de terre en particulier dans les villages qui étaient hors de l'attention de l'espace public iranien.

Biographie de l'auteur

Modjtaba Najafi

Modjtaba Najafi est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication. Il fait des recherches sur les nouvelles formes de sociabilité en Iran. Son livre, La face féminine du mouvement vert iranien de l’internet à la rue, paru en 2015 chez L'Harmattan, est une étude sur le rôle des réseaux sociaux dans la constitution du public iranien lors des événements de 2009 qui ont abouti à de grandes manifestations contre le pouvoir conservateur. Sa thèse, soutenue en 2019, aborde, à travers les séismes de Bam en 2003 et d’Azerbaïdjan en 2012, la question de la constitution d'un public solidaire, favorisée par les évolutions technico- démographiques et politico-sociales des années 2000.
Étudiant à l’université Sorbonne nouvelle - Paris 3 de la licence au doctorat, il y a travaillé comme enseignant-chercheur de 2019 à 2021.
Il partage aussi régulièrement ses analyses concernant les événements politico-sociaux iraniens sur les médias persanophones.

Publiée
2021-09-15
Rubrique
Dossier thématique