No 113 (2018): Le redoublement est-il vraiment moins efficace que la promotion automatique ? Une évidence à réinterroger

Dans le monde de la recherche en éducation, l’idée que le redoublement est une pratique globalement négative s’est largement imposée suite à un certain nombre de synthèses, déjà anciennes, de la littérature de recherche américaine sur la question. Le ré-examen de cette littérature montre que ses conclusions qui aboutissent à la dénonciation pédagogique du redoublement sont fondées sur des études méthodologiquement fragiles et des méta-analyses qui tendent à occulter les débats au sein de la communauté scientifique sur les effets du redoublement. Par ailleurs, les résultats des recherches plus récentes qui utilisent des méthodologies beaucoup plus sophistiquées montrent que les études antérieures ont sous-estimé les effets positifs du redoublement. Si les résultats des recherches scientifiques actuelles sont nettement plus favorables au redoublement, il reste néanmoins impossible dans l’état actuel des connaissances de départager de manière incontestable le redoublement et le passage automatique de classe. L’article plaide donc pour que les chercheurs fassent preuve de davantage de prudence dans leurs recommandations et pour poursuivre l’effort de recherche afin de préciser les conditions et les contextes dans lesquels un redoublement s’avère plus profitable pour l’enfant qu’une promotion et ceux dans lesquels c’est l’inverse qui est préférable. En attendant, le choix consistant à privilégier redoublement ou passage automatique de classe devrait par conséquent fonder sa légitimité sur des bases politiques plutôt que scientifiques.

Publiée: 2020-03-06

L'ensemble du numéro