No 108 (2017): Que font les écoles accueillant des élèves défavorisés des moyens supplémentaires qui leur sont alloués?

Faire en sorte que la réussite scolaire dépende le moins possible de l’origine socioéconomique des élèves, et donc éviter que l’école ne reproduise ou ne renforce les inégalités sociales, est une préoccupation importante de la plupart des systèmes scolaires modernes. Dans cette étude, nous interrogerons la mise en œuvre du décret encadrement différencié en Belgique francophone. Plus particulièrement, nous essayerons de comprendre l’usage que font, sur une période de quatre ans, cinq établissements secondaires des moyens supplémentaires qui leur sont alloués sur la base du public qu’ils accueillent. Nous tentons d’appréhender – à partir d’enquêtes par questionnaire – l’évolution du climat scolaire perçu par leurs élèves, ainsi que la motivation à apprendre de ces derniers. À partir d’observations qualitatives réalisées dans chacun des établissements, nous tenterons également d’identifier les conditions les plus favorables au changement des pratiques pédagogiques qui, au final, pourraient avoir un impact positif sur la scolarité et la réussite des élèves. Ces monographies d’établissement sont l’occasion d’analyser dans quelle mesure et à quelles conditions des politiques d’éducation prioritaire allouant davantage de moyens à certaines écoles, en leur laissant l’autonomie de décision et de planification de l’usage de ces moyens, affectent l’expérience et la réussite scolaire des élèves. Les évolutions constatées auprès des élèves sont très modestes et les résultats soulignent la grande difficulté à (re)mettre le pédagogique, et donc les apprentissages des élèves, au cœur de la dynamique collective d’établissement. Ces observations interrogent certains postulats et certaines modalités de la politique d’encadrement différencié elle-même.

Publiée: 2020-03-06

L'ensemble du numéro