No 101 (2015): Les écoles primaires anglaises face aux classements de performance, entre évitement et tentation

Cet article repère dans la littérature scientifique trois réponses typiques dont disposent les personnels des établissements scolaires pour faire face aux classements de performance : des réponses cognitives, identitaires et organisationnelles. Il présente ensuite une enquête comparant les réactions de deux écoles primaires anglaises face aux classements de performance. L’analyse empirique montre qu’en pratique les acteurs scolaires combinent ces diverses réponses, et que l’effet des classements sur les organisations dépend moins d’une position objective dans le classement que du sens que les acteurs scolaires lui attribuent localement et de leur capacité à se le réapproprier pour valoriser leur identité. Les résultats présentés font ensuite l’objet d’une discussion qui porte sur les enjeux de visibilité, d’authenticité et d’opacité au cœur des marchés « informés ». La maîtrise des impressions organisationnelles ne se traduit pas nécessairement par la fabrication d’images inauthentiques de la part des établissements mais plutôt par une nécessité et une volonté de clarifier leur projet scolaire dans un environnement saturé d’informations diverses. La question de la pertinence des classements et de la nature de la transparence permise par les évaluations externes est également soulevée. Un établissement bien classé n’étant pas nécessairement un bon établissement du point de vue des parents, on s’interroge sur les implications des classements sur la production des inégalités scolaires.

Publiée: 2020-03-05

L'ensemble du numéro