Le ‘Discours sur le bonheur’ de Mme du Châtelet

Portrait d’une personnalité scientifique

  • Beatrice Barbalato Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa
Mots-clés: Émilie du Châtelet, autobiographie, bonheur

Résumé

Cet article procède d’une lecture critique du Discours sur le bonheur d’Émilie du Châtelet (1706-1749), une œuvre d’autoréflexion d’où émergent une conception du temps, un désir de connaître, un amour- propre, une persévérance obsessionnelle, une liberté mentale, un dédain pour les préjugés, autant de traits qui dessinent de cette auteure son caractère ferme et sa personnalité scientifique. La traduction en français des Principia mathematica de Newton d’Émilie du Châtelet fait autorité de nos jours encore. Voltaire écrit dans sa préface aux Principes mathématiques, texte publié de façon posthume : « On peut dire d’elle, en déplorant sa destinée, periit arte sua. Elle se crut frappée à mort long tems avant le coup qui nous l’a enlevée : des lors elle ne songea plus qu’à employer le peu de tems qu’elle prévoioit lui rester à finir ce qu’elle avoit entrepris, & à dérober à la mort ce qu’elle regardoit comme la plus belle partie d’elle même» (1756).

Biographie de l'auteur

Beatrice Barbalato, Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa

Presidente de l’Observatoire scientifique de la mémoire autobiographique écrite, orale, iconographique (http://mediapoliseuropa.com/). Directeur de Mnemosyne de 2008 aujourd’hui.

PHD et professeur jusqu’à 2010 à l’Université catholique de Louvain.

Auteure de livres et d’essais sur les arts visuels, et la genèse d’œuvres dramaturgiques italiennes contemporaines.

CV http://mediapoliseuropa.com/ > team

Quelques essais :

  • «Piero della Francesca, neoplatonismo, e spazio solidale: lo spettatore incontra la regina di Saba», in Henry Ansgar Kelly (dir.), Viator, Medieval and Renaissance Studies, Berkeley, UCLA University of California, Los Angeles, 2010, pp. 293-328.
  • «O ethos e o tempo», in M. C. Chaves Vasconcelos-V. M. Rocha Cordeiro- P. Perin Vicentini, (Auto)biografia, literatura e história, Curitiba-Brasil, Editora CRV, 2014, pp.27-55.
  • «CARMELO BENE, ultime dandy: équivoquer et falsifier comme une expression de l'art », in Christian Biet et Cristina De Simone, D’après Carmelo Bene, Revue d’histoire du théâtre, Paris, Juillet-Septembre 2014, pp. 285-294.
Publiée
2018-10-15