Introduction

Auto/biographie, désordre, entropie

  • Beatrice Barbalato Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa. Université catholique de Louvain
Mots-clés: Autobiographie, temps, ethos

Résumé

Thème de ce numéro : autobiographie >< entropie. Il est très intéressant de constater comment des manières de penser et des méthodes venant des sciences de la nature, se sont développés au même temps et avec beaucoup d’ampleur dans les sciences humaines, en les révolutionnant.

Qu’est-ce que c’est l’entropie ? Dans la formulation du deuxième principe de la thermodynamique s’introduit une fonction d’état, l’entropie, qui relie fondamentalement beaucoup d’évènements thermodynamiques à la flèche du temps. La formulation plus diffusément utilisée du deuxième principe affirme que l’entropie est une fonction non décroissante dans le temps, en impliquant que beaucoup des phénomènes thermodynamiques sont irréversibles.

Prigogine, physicien et chimiste belge d’origine russe, avec un oxymore parle de lois du chaos, écrit qu’il s’agit d’« Une nouvelle rationalité dans laquelle probabilité n’est pas ignorance et science ne se confond pas avec certitude ».

Dans le domaine humaniste de pair s’impose la conviction que l’interprète, l’exégète adapte ses propres méthodes aux changements dans le temps et de l’espace du sens des œuvres.

Ce raisonnement, ici réduit à l’essentiel, n’est pas étranger à la manière de concevoir et de transmettre une histoire de vie.

Biographie de l'auteur

Beatrice Barbalato, Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa. Université catholique de Louvain

Presidente de l’Observatoire scientifique de la mémoire autobiographique écrite, orale, iconographique (http://mediapoliseuropa.com/). Directeur de Mnemosyne de 2008 aujourd’hui.

Professeur à l’Université catholique de Louvain jusqu’à 2010.

Auteure de livres et d’essais sur les arts visuels, et la genèse d’œuvres dramaturgiques italiennes contemporaines, on signale deux essais :

  • «Piero della Francesca, neoplatonismo, e spazio solidale: lo spettatore incontra la regina di Saba», in Henry Ansgar Kelly (dir.), Viator, Medieval and Renaissance Studies, Berkeley, UCLA University of California, Los Angeles, 2010, pp. 293-328.
  • « CARMELO BENE, ultime dandy: équivoquer et falsifier comme une expression de l'art », pp. 285-294, in Christian Biet et Cristina De Simone, D’après Carmelo Bene, Revue d’histoire du théâtre, Paris, Juillet-Septembre 2014.
  • «Le ‘FRONT’ sémantique de Non-memorie de Lotman» [autobiografia di Juri Lotman degli anni di guerra trascorsi su diversi fronti sovietici, 1940–1945], pp. 61-77. in Cathérine Gravet, en coll. avec Serge Deruette, Pierre Gillis, Katherine Rondou, Cahiers Internationaux du Symbolisme, Numéros 149-150-151, 2018.
  • «Disdire il centro: dalle identità di mattone a Le città invisibili di Italo Calvino», pp. 1-46, in La paligenesi del classico – Kepos 2-2019. http://www.keposrivista.it/wp-content/uploads/2020/01/01_Barbalato.pdf
Publiée
2019-09-30