Michel Foucault, dramaturge du vrai

  • Beatrice Barbalato Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa
Mots-clés: Autobiographie, Foucault, Herméneutique du sujet, Parresia

Résumé

Le travail des dernières années de Foucault s’est développé presque exclusivement autour de l’autos, le moi, le je. Ce souci de soi ne peut se concrétiser selon Foucault que dans l’actuel, et en faisant appel à la cura sui plutôt qu’au nosci te ipsum. Dans la constellation de sa pensée, trois pôles forment en quelque sorte la Grande Ourse de son travail : l’essai de Kant « Qu’est-ce que les Lumières ? » ; les derniers mots de Socrate rapportés dans le Phédon ; et la pratique ancienne de la parrêsia, le franc-parler en public. La cura sui s’impose pour Foucault comme un choix éthique, une philosophie qui postule une généalogie de l’interruption, une construction du sujet au-delà de tout telos (du grec τέλος, fin, objectif). Foucault a élu comme ligne de conduite le principe philosophique de la parrêsia. Il a lu les premières études de Giuseppe Scarpat, hélleniste contemporain, qui a analysé dans toute son ampleur la valeur originaire du terme.

Biographie de l'auteur

Beatrice Barbalato, Association culturelle italienne sans but lucratif mediapolis.europa

Presidente de l’Observatoire scientifique de la mémoire autobiographique écrite, orale, iconographique (http://mediapoliseuropa.com/). Directeur de Mnemosyne de 2008 aujourd’hui.

PHD et professeur jusqu’à 2010 à l’Université catholique de Louvain.

Auteure de livres et d’essais sur les arts visuels, et la genèse d’œuvres dramaturgiques italiennes contemporaines.

Pour consulter le cv >>> team > http://mediapoliseuropa.com/.

On signale les essais :

  • «Piero della Francesca, neoplatonismo, e spazio solidale: lo spettatore incontra la regina di Saba», in Henry Ansgar Kelly (dir.), Viator, Medieval and Renaissance Studies, Berkeley, UCLA University of California, Los Angeles, 2010, pp. 293-328.
  • «O ethos e o tempo», in M. C. Chaves Vasconcelos-V. M. Rocha Cordeiro- P. Perin Vicentini, (Auto)biografia, literatura e história, Curitiba-Brasil, Editora CRV, 2014, pp.27-55.
  • « CARMELO BENE, ultime dandy: équivoquer et falsifier comme une expression de l'art », in Christian Biet et Cristina De Simone, D’après Carmelo Bene, Revue d’histoire du théâtre, Paris, Juillet-Septembre 2014, pp. 285-294.
Publié le
2018-10-15