Origine d’une vocation, L’Autobiographie de Darwin

Mots-clés: Darwin, Autobiographie, Sciences, Littérature, Apologie

Résumé

Dans L’Autobiographie, Charles Darwin présente la posture d’un homme de sciences qui œuvre pour le bien des hommes. L’oeuvre présente une dimension apologétique. La publication de De l’Origine des espèces en 1859 propulse le scientifique sur le devant de la scène internationale. Darwin s’attelle ensuite à la rédaction d’une « esquisse de [sa]vie »[1]. Il y revient sur la formation de son esprit scientifique et sur les différentes étapes qui conduisent à la publication de l’œuvre phare. Dans l’autobiographie, la passion du détail, de l’anecdote qui caractérise Darwin permet de brasser de vastes sujets. Le scientifique se présente comme un homme libre dont aucune dimension n’est négligée. Les questions esthétiques, morales et métaphysiques jouxtent la réflexion sur les missions du scientifique. L’autobiographie dresse également une importante galerie de scientifiques de l’Angleterre victorienne.

[1] Charles DARWIN, L’Autobiographie, Jean-Michel Goux (trad.), Paris, Seuil, « Science ouverte », 2008, p. 314.

Biographie de l'auteur

Noro Rakotobe D'Alberto, Dire, EA 7387, Université de La Réunion, secrétaire adjointe de l’AICL, Association Internationale de la Critique Littéraire

Noro RAKOTOBE D’ALBERTO, agrégée, docteure ès lettres étudie les poétiques de l’imaginaire. Ses recherches portent sur la littérature française du XXe. Sa thèse explore L’Imaginaire de la création dans l’œuvre de Nathalie Sarraute. Elle écrit plusieurs articles sur cet auteur. Elle s’intéresse aussi à l’autobiographie de Charles Juliet et de Charles Darwin. L’enseignement du malgache à la Maison des Langues de l’Université de La Réunion la conduit en outre à étudier les thèmes malgaches dans la littérature française et francophone. Elle y consacre des articles : « Images et jeux des sens dans les Hainteny malgaches », « L’univers culturel malgache dans Les Chansons Madécasses d’Evariste Parny ». La veille scientifique sur la francophonie s’exprime aussi à travers divers comptes-rendus de lecture. Noro Rakotobe D’Alberto co-anime en parallèle des rencontres-débats avec des auteurs de l’indianocéanie ( Jean-Luc Raharimanana, Emmanuel Genvrin, Johary Ravaloson…). Enfin en 2017, elle co-organise une journée de recherche internationale, « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant ».

Publiée
2018-10-15