«Vous les entendez ? »

l’ouïe dans l’œuvre de Nathalie Sarraute

  • Noro Rakotobe D’Alberto Université de La Réunion – Association Internationale de la Critique Littéraire
Mots-clés: Nathalie Sarraute, Tropismes, Litterature française, Nouveau Roman, Imaginaire

Résumé

Dans l’univers de Nathalie Sarraute, c’est l’écoute qui différencie le créateur de celui dont les sens sont amoindris. L’hypersensible est sensible aux rythmes qui révèlent le monde psychologique vivant qui se trouve derrière les apparences figées des choses. Ne pas écouter équivaut à vivre dans un monde factice, mort. Le vrai monde vivant c’est celui des sensations, des tropismes. On le reconnaît car il vibre. Et seule une ouïe fine permet de percevoir ces vibrations et de vibrer à son tour, à l’unisson. Quand Nathalie Sarraute analyse des expressions, des mots, ce n’est pas tant le sens littéral qui importe que les intonations de la voix qui ont porté le message. C’est par l’articulation, le timbre, le rythme, le ton de la voix que se laissent capter les tropismes qui accompagnent la parole. L’écrivain est une oreille et un chef d’orchestre qui organise les mots de façon à rendre compte de ces sons ténus, frémissements, tintements, sifflements qui manifestent, de façon très originale, les émotions réelles.

Biographie de l'auteur

Noro Rakotobe D’Alberto, Université de La Réunion – Association Internationale de la Critique Littéraire

Membre associé de Dire, EA 7387, Université de La Réunion, secrétaire adjointe de l’AICL, Association Internationale de la Critique Littéraire

Noro RAKOTOBE D’ALBERTO, agrégée, docteure ès lettres étudie les poétiques de l’imaginaire. Ses recherches portent sur la littérature française du XXe. Sa thèse explore L’Imaginaire de la création dans l’œuvre de Nathalie Sarraute. Elle écrit plusieurs articles sur cet auteur. Elle s’intéresse aussi à l’autobiographie de Charles Juliet et de Charles Darwin. L’enseignement du malgache à la Maison des Langues de l’Université de La Réunion la conduit en outre à étudier les thèmes malgaches dans la littérature française et francophone. Elle y consacre des articles : « Images et jeux des sens dans les Hainteny malgaches », « L’univers culturel malgache dans Les Chansons Madécasses d’Evariste Parny ». La veille scientifique sur la francophonie s’exprime aussi à travers divers comptes-rendus de lecture. Noro Rakotobe D’Alberto co-anime en parallèle des rencontres-débats avec des auteurs de l’indianocéanie ( Jean-Luc Raharimanana, Emmanuel Genvrin, Johary Ravaloson…). Enfin en 2017, elle co-organise une journée de recherche internationale, « Regards croisés sur le patrimoine malgache, transmission et régénération d’un héritage vivant ».

Publiée
2018-10-11