La question de « l’autre langage »

une sortie du champ philosophique ?

  • Jean Leclercq Université catholique de Louvain
Mots-clés: christianisme, langage, phénoménologie

Résumé

C’est sans doute en estimant que « l’histoire de l’existence du Christ a un sens phénoménologique fondamental » que Michel Henry cautionne son projet de travail sur le christianisme. Cette dimension de son œuvre constitue sans doute une crux interpretandi pour les spécialistes et l’on sait combien elle peut les gêner. De fait, les interrogations sont nombreuses : quand Henry parle du christianisme, est-il resté phénoménologue, s’agit-il même tout simplement encore d’une philosophie et, corollairement, est-il justifiable au gré des œuvres de la Raison de penser de la sorte les rapports historiques complexes entre ce que nous disons être le philosophique et le théologique ? Ce sont ces questions qu’il faut au moins poser sereinement dans le cadre de ce travail d’édition des notes préparatoires que nous proposons ici et où il est évident que s’y cherche un support de réflexion sur cet « autre » du langage dont Henry cherche ultimement à comprendre la provenance.

Biographie de l'auteur

Jean Leclercq, Université catholique de Louvain

Diplômé en philologie (ULg), philosophie (UCL) et théologie (IET), Jean Leclercq est professeur de philosophie à la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres de l’Université de Louvain-la-Neuve. Ses travaux et ses recherches portent sur la philosophie d’expression française, du XIXe siècle à nos jours, et sur la philosophie de la religion. Il dirige le Centre d’archives Maurice Blondel et est directeur scientifique du Fonds d’archives Michel Henry et du Fonds d’archives Jean Ladrière. Il est Secrétaire général de l’Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française (ASPLF) depuis 2006. Il est membre élu du Conseil scientifique du Fonds Ricœur à Paris. Il a codirigé le Cahier Michel Henry aux Éditions de L’Âge d’Homme (2009) et a créé et dirige la Revue internationale Michel Henry depuis 2010. Il est élu membre titulaire de l’Académie royale de Belgique en 2018.

Publiée
2018-09-13