Appel à contribution – Transnationaliser le retour

2019-03-13

Un numéro d’Émulations. Revue de sciences sociales, qui paraîtra fin 2020 aux Presses universitaires de Louvain, sera consacré au thème « Transnationaliser le retour : vers une révision du regard sur les migrations de retour contemporaines », sous la direction d’Anda David (Agence française de développement), Audrey Lenoël (Collège de France) et Annalisa Maitilasso (École des hautes études en sciences sociales).

Dans le champ des études sur les migrations, le retour, défini comme le mouvement d’un individu d'un pays d’arrivée vers son pays de départ, a longtemps été un sujet négligé par les théoriciens des migrations internationales, considérant le plus souvent ce phénomène de manière périphérique, comme indicateur d’échec ou succès du projet migratoire (Carling et al., 2011 ; de Haas et al., 2015). L’approche transnationale a contribué à changer le regard sur les migrations de retour en mettant en évidence que celles-ci n’étaient pas forcément définitives et pouvaient n’être que des étapes du parcours migratoire (Ley, Kobayashi, 2005 ; Petit, 2007). Les migrations de retour font aujourd’hui l’objet d’un nombre grandissant d’études, d’enquêtes et de programmes de recherche qui ont permis d’appréhender le retour à travers des perspectives plurielles : celles des stratégies mises en place par les acteurs (Quiminal, 2002), des effets des retours sur les sociétés d’origine, notamment en terme de développement (Black, King, 2004 ; Akesson, 2011), de la mise en place et des effets de politiques publiques d’aides au retour volontaire (Boccagni, Lagomarsino, 2011) ainsi que des retours forcés (David, 2017 ; Flahaux, 2017).

Voir l'appel à contribution