La critique de la déraison économique chez Michel Henry

  • Jean Leclercq Université catholique de Louvain
Mots-clés: argent, phénoménologie, politique, travail

Résumé

Jean Leclercq livre une étude où il pointe d’abord quelques constats qui en appellent à la nécessité de penser philosophiquement l’argent. Il met ainsi en avant ce qu’il considère les « affres de la réduction mercantile », notamment celles qui nuisent à la valeur de nos liens sociaux, tout en montrant les problèmes philosophiques soulevés par une telle situation. Il aborde ensuite la spécificité et la pertinence du traitement que M. Henry réserve à cette question pour en tirer une conclusion effective, à savoir « penser politiquement l’argent ». Son étude se termine en soulevant des champs d’action, tels que la régulation des usages, la nécessité de penser l’argent dans son rapport à la citoyenneté, les dénonciations des logiques marchandes, la réflexion radicale et renouvelée sur les politiques fiscales, et la réflexion sur la nécessité de libérer des domaines de la vie sociétale de liens d’effectivité avec l’argent, en sorte de « sanctuariser l’inévaluable ».

Biographie de l'auteur

Jean Leclercq, Université catholique de Louvain

Diplômé en philologie (ULg), philosophie (UCL) et théologie (IET), Jean Leclercq est professeur de philosophie à la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres de l’Université de Louvain-la-Neuve. Ses travaux et ses recherches portent sur la philosophie d’expression française, du XIXe siècle à nos jours, et sur la philosophie de la religion. Il dirige le Centre d’archives Maurice Blondel et est directeur scientifique du Fonds d’archives Michel Henry et du Fonds d’archives Jean Ladrière. Il est Secrétaire général de l’Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française (ASPLF) depuis 2006. Il est membre élu du Conseil scientifique du Fonds Ricœur à Paris. Il a codirigé le Cahier Michel Henry aux Éditions de L’Âge d’Homme (2009) et a créé et dirige la Revue internationale Michel Henry depuis 2010. Il est élu membre titulaire de l’Académie royale de Belgique en 2018.

Publié le
2018-09-13