La fécondité de la phénoménologie de la vie de Michel Henry pour les approches en deuxième personne.

  • Nathalie Depraz Université de Rouen Normandie
  • Frédéric Mauriac Centre Hospitalier Jean-Martin Charcot (Plaisir)
Mots-clés: affect, phénoménologie

Résumé

Les recherches de Natalie Depraz sur l’intersubjectivité rejoignent ici celles de Frédéric Mauriac, particulièrement dans les cas dits « d’urgence psychiatrique ». La question est ainsi de savoir comment poser et penser le rapport fulgurant de la force vitale à ce désir tout humain de vouloir en finir. En ces cas, quelles paroles faut-il oser et quel mode de relation convient-il d’instaurer ? La contribution entend offrir des perspectives théoriques et pratiques, essentiellement thérapeutiques, en mettant d’abord en évidence, d’une part, la situation de la phénoménologie henryenne devant la phénoménologie historique et, d’autre part, sa situation devant une praxis fondée sur la singularité de l’approche en deuxième personne.

Biographie des auteurs

Nathalie Depraz, Université de Rouen Normandie

Nathalie Depraz est professeur de philosophie à l’Université de Rouen et membre des Archives Husserl à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) à Paris. Ses travaux portent principalement sur la phénoménologie allemande et sa réception française (Merleau-Ponty et Michel Henry), sur les thèmes de l’intersubjectivité, du corps, de la conscience et de l’attention, le dialogue entre phénoménologie et théologie, le dialogue entre phénoménologie et sciences cognitives, et sur l’idée d’une phénoménologie expérientielle et pratique en relation avec le développement récent des approches en première personne en psychologie. Elle est fondatrice et co-éditrice de la revue de phénoménologie ALTER.

Frédéric Mauriac, Centre Hospitalier Jean-Martin Charcot (Plaisir)

Le docteur Frédéric Mauriac est psychiatre systémicien, responsable d’un service d’urgence psychiatrique à domicile.

Publiée
2018-09-12